Messages: 358

Enregistré le: 27 Déc 2006

Message le Sam Mar 03, 2012 11:45

J'imagine qu'il existe des astuces pour inciter ses fans (nombreux sur FB) à suivre aussi le compte Google+ d'une entreprise/organisation/site Web.

On pense bien sûr à différencier ses messages, en postant par exemple des informations d'actualité sur Google+ non repercutés sur FB pour que cette freshness ( :mrgreen: ) incite à la double-inscription.
On peut aussi penser à travailler sur la complémentarité des médias : poser une question sur FB... et donner la réponse sur G+. :)

Avez-vous réfléchi aux différentes stratégies possibles ?
Connaissez-vous des exemples concrets particulièrement réussis, innovants et incitatifs ?
Haut
2 Réponses
Messages: 3566

Enregistré le: 23 Oct 2010

Message le Sam Mar 03, 2012 13:02

La seule solution à mon sens serait de proposer du contenu différent et donc complémentaire, comme tu le soulignes.
Mis à part ça, je ne vois pas comment convaincre ses fans de suivre les deux en même temps.
Mais sans être spécialiste en réseaux sociaux, j'aurai plutôt tendance à dire que (sauf exception !) les membres choisissent leur réseau et qu'au final, ils suivent chacun le réseau qui leur plait mais ne les suivent pas tous en même temps. Je m'imagine mal, pour un même site, suivre :
- le site en lui-même,
- sa page facebook,
- son compte twitter,
- sa page google +,
- etc...
A part être un gros fan du site...

Cela étant, pour G+ : http://forum.webrankinfo.com/google-plus-est-une-ville-fantome-desert- ... 52148.html
Haut
Messages: 358

Enregistré le: 27 Déc 2006

Message le Sam Mar 03, 2012 20:30

Salut padadam22,

j'ai bien lu le sujet que tu mentionnes... et je dois dire que pour l'instant, à un niveau très humble, je comprends bien l'article du Wall Street Journal :
- Existence de barrière à l'entrée : personne n'est trop tenté de tisser un nouveau réseau social autour de son organisation/marque/activité sur G+ car cela demande un investissement sur un média qui n'a pas encore convaincu les utilisateurs de sa valeur ajoutée.
Et quand on sonde ses motivations de référenceur, la carotte, c'est principalement de gagner en visibilité sur les SERP's, et ça Google devrait bien savoir s'y prendre.

Bref, l'engagement n'est pas pour l'instant au rendez-vous chez l'utilisateur lambda, mais j'imagine que les ingénieurs Google savent que le salut du projet viendra des fonctionnalités/contenus proposés.
Une autre barrière à l'entrée est à mon avis précisément ce que Google prétend être un avantage : l'intégration de la multitude de services qu'il offre. Quoi de plus inquiétant que de se sentir tracker à ce point...
Haut